06 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

Pharaon, David Gibbins

David GIBBINS est un auteur d’origine Canadienne qui a vu le jour en 1962 dans la ville de Saskatoon (province de la Saskatchewan). Sur le plan biographique, nous pouvons dire que le jeune Gibbins déménagea par deux fois avant 1967, tout d’abord peu après sa naissance à Nelson (Nouvelle-Zélande), puis en Angleterre. Ses deux passions (l’archéologie et la plongée sous-marine) mèneront à la conception dans les années 2000 du personnage de sa première série romanesque éponyme Jack Howard, personnage alliant ses deux passions de son auteur. Le roman que nous étudions aujourd’hui, intitulé Pharaon, a été publié en 2013 et est l’un des derniers romans de la saga. L’histoire du roman est simple : nous suivons deux histoires en parallèle, que sont celles du général Gordon en 1884, général retranché dans la ville de Khartoum (histoire liée à celle du Major Mayne qui découvrit par hasard un temple sacrificiel dans le nord du Soudan, celui de Sobek). La deuxième histoire que nous suivons est celle, actuelle, de Jack Howard qui était sur la piste de Mykérinos.

Le héros principal et cofondateur de l’International Maritime University (IMU), Jack Howard, n’est jamais seul dans ses missions d’archéologie sous-marine. En effet, il coopère toujours avec l’autre cofondateur de l’IMU et ami Cosas Kawazakis. Nous les découvrons tous les deux au début du roman dans le submersible que tentait de réparer ce dernier. Ils étaient accompagnés pour une fois par une jeune infirmière militaire Espagnole reconvertie dans l’archéologie, Sofia Fernandez. Il s’agit d’une attachée du musée de Carthagène. La raison de la présence de l’IMU et de son bateau le Seaquest II près des côtes Carthaginoises est très simple : en 1838, un cargo nommé Beatrice a coulé près des côtes de la ville. Il transportait un sarcophage de huit tonnes pour une taille tout aussi conséquente : deux mètres de long pour un haut et de large. Le bateau était commandé par un certain capitaine Wichelo, capitaine dont l’équipe sait peu de choses en fait. Le navire et sa cargaison reposaient par neuf cents mètres de fond près de la ville Espagnole.

Après cette découverte hasardeuse faite par la fille de Howard, Rebecca, son père et son ami de toujours Costas partirent rejoindre l’un de leurs amis, Hiebermeyer (archéologue Allemand spécialiste d’Egyptologie). Le site que ce dernier étudiait était un avant-poste datant du bas-Empire Egyptien. Selon Hiebermeyer, il s’agirait d’un temple construit par le pharaon Senosrit III ou Sénousret III et doté du nom terrifiant de « destructeur de Nubiens ». Nous pourrions traduire ce nom en Ancien Egyptien par « Semna ». Ce lieu était considéré par l’Egyptologue Allemand comme étant « merveilleux » pour des raisons que nous ne développerons pas ici.

La deuxième partie du roman présente l’expédition de sauvetage de Khartoum (ville dirigée par le général Gordon), expédition dirigée par le général Wolseley. Cette deuxième partie a pour héros un dénommé Edward Wayne, major de son état. Nous suivons ainsi l’évolution de l’expédition de secours de 1884-1885 à l’attention de Khartoum et de Gordon à travers les yeux du major. Il s’agit d’un agent secret très expérimenté qui, alors arrêté à la cataracte « de toutes les convoitises » si nous pouvions dire (puisque nous suivons en quelque sorte les aventures de personnages de trois époques différentes dans un même lieu : la cataracte de Semna. Certains critiques pensent que le roman est trop penché sur l’aventure du Major Mayne et la tentative ratée de porter secours au général Gordon à Khartoum, mais ce n’est qu’une des nombreuses parties de ce roman et ce serait rogner les autres. Il ne faut pas oublier que ce roman nous permet principalement de suivre les aventures de Jack Howard et Costas Kawazakis dans leur plongée du lac de retenue dans lequel se trouvait la fameuse cataracte. Ils vont ainsi se trouver dans la continuité de Mayne, qui a également visité le temple que les deux comparses vont explorer.

Pour conclure, nous pouvons dire que ce roman est un bon roman d’aventure dans le domaine de l’Egyptologie, qui permet de nous cultiver un petit peu sous couvert de littérature.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Nostralectio |
BIBLIOTHÈQUE |
Lapetiteabeilleadit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pouny11
| Magieecriture
| Le secret de plume