14 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

Les écrits mythologiques #1 : Le mythe d’Orphée

La littérature ne fut pas seulement païenne, comme elle l’est majoritairement depuis l’apparition de l’ensemble romanesque englobé sous le titre de Roman de Renart (1170), puisqu’elle fut principalement à ses débuts une littérature religieuse et mythologique. Comme première ?uvre littéraire mythologique de cette nouvelle série, nous avons décidé d’évoquer le mythe Grec d’Orphée. Le mythe Grec d’Orphée est le mythe des amoureux par excellence. Il met en exergue l’amour qu’entretient le prince de Thrace Orphée vis-à-vis d’Eurydice.

Pour mieux comprendre ce mythe, nous allons tout d’abord étudier l’histoire dudit mythe, puis nous verrons quelles sont les explications avancées pour expliquer ce mythe. Enfin, nous donnerons notre avis sur le mythe.

 

L’histoire du mythe d’Orphée

Étant le fils d’Oeagre, roi de Thrace (nord-est de la Grèce), et de la muse Calliope, Orphée se voit offrir par Apollon ses dons musicaux et une lyre à neuf cordes. Ce fut grâce à ses talents qu’il réussit à éviter les sirènes durant une expédition s’éternisant auprès des Argonautes. C’est à son retour de sa campagne chez ces derniers qu’il rencontra Eurydice dont il tomba et avec laquelle il se maria. A partir de ce moment-là, le mythe prit une tournure malheureuse pour Orphée, car Eurydice s’est fait mordre par un serpent, ce qui causa sa mort quasi instantanément.

Cette mort plongea le héros dans une tristesse profonde, le poussant par conséquent à aller chercher sa bien-aimée dans les Enfers. Pour ceux qui ne le savaient pas, dans la mythologie Grecque, ces Enfers sont le monde des morts dirigé par le dieu Hadès et séparé du monde des vivants par le fleuve Styx. Il put d’ailleurs rentrer dans ce royaume des morts grâce à sa lyre qui lui permit d’anesthésier le Cerbère (chien à trois têtes gardant l’entrée du royaume) et d’amadouer le dieu des Enfers. Seule petite restriction mise par ce dernier, Orphée ne devait pas se retourner pour regarder sa compagne avant d’être sortis du territoire d’Hadès. Il eut toutefois la mauvaise idée de se retourner avant d’avoir de nouveau traverser le Styx, perdant ainsi pour toujours sa bien-aimée.

En conséquence, et selon la fin la plus connue du mythe, le héros se coupa de toute relation avec les autres hommes et alla se retirer dans la nature, attirant les animaux avec ses plaintes chantées en l’honneur des dieux et de son amour perdu. Il finit toutefois par se faire assassiner puis démembrer par les bacchantes (jolies jeunes femmes) habitant aux alentours après les différents refus que leur opposa le héros.

 

L’analyse du mythe

De quelle manière pouvons-nous aborder l’analyse du mythe d’Orphée ? Selon une des nombreuses interprétations, ce mythe serait un mythe fondateur. D’après sa lecture la plus simple (et donc la plus connue), le mythe serait une fable servant à montrer les vices et les vertus morales humains sous couvert de mythe, tels l’amour et le courage (vertus) ou la désobéissance (vice).

Mais comme tous les mythes, celui d’Orphée illustre plusieurs leçons. Tout d’abord, nous pouvons évoquer le pouvoir que possèdent le chant et la musique du personnage. C’est d’ailleurs lui qui serait à l’origine du courant lyrique, courant qui tiendrait son nom de sa lyre. Ensuite, ce mythe exemplifie les deux principes premiers de notre destinée, que sont l’amour et la mort, ce dernier se soumettant de surcroît au premier.

Dernier point : la dimension mystique du mythe d’Orphée. Il existe une doctrine philosophico-religieuse nommée orphisme, doctrine pas très connue (n’ayant pas beaucoup de sources écrites) datant du VIè siècle. Selon cette doctrine, l’âme serait éternelle, et pourrait donc se réincarner dans un corps digne de sa vie antérieure. Pour y arriver, les disciples doivent se débarrasser de leurs biens matériels tout en ayant comme objectif la perfection spirituelle.

 

Point de vue personnel sur le mythe

Selon moi, le mythe d’Orphée peut être considéré comme étant fondateur si nous le mettons dans l’optique de la mythologie Grecque. Dans cette optique, nous pouvons noter que , comme tous les mythes, le mythe d’Orphée met en exergue plusieurs qualités et défauts que sont les vertus de l’amour et du courage, et, au contraire, le défaut de la désobéissance.

En continuant dans ce sens, nous pouvons évoquer le fait que les différents mythes antiques, qu’ils soient Grecs ou Latins, ont beaucoup influencé notre civilisation, puisque nous avons érigé les deux qualités que nous évoquions dans le paragraphe précédent en véritable prérequis à la bonne conduite dans nos sociétés occidentales.

Pour synthétiser mon avis sur le sujet, comme tous les mythes fondateurs Grecs, le mythe d’Orphée est un myhte important dans nos cultures, puisqu’il « façonne » en quelque sorte nos interactions sociales.

 

 

Pour conclure, si vous vous intéressez à l’histoire de nos origines sur les plans littéraire et conventionnel, vous pouvez commencer par lire le mythe d’Orphée. Je vous souhaite donc de bonnes lectures, et soyez toujours intéressés par la lecture historique.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Nostralectio |
BIBLIOTHÈQUE |
Lapetiteabeilleadit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pouny11
| Magieecriture
| Le secret de plume