04 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

Science-Fiction/Fantasy/Fantastique : entre littérature et cinéma

Nous allons aborder ici une question qui s’est révélée intéressante depuis l’invention du cinématographe par les frères Lumière : l’adaptation d’œuvres littéraires au grand écran. Avant de rentrer dans le vif du sujet, il nous semble obligatoire de définir les quelques termes qui vont être le cœur de l’étude que nous allons mener dans cet article. Selon un célèbre dictionnaire en ligne, la littérature serait l’« ensemble des œuvres auxquelles on reconnait une finalité esthétique » (vous pourrez retrouver l’histoire de cette littérature dans un autre article de ce blog). Concernant le cinéma, nous pourrions définir cet art de deux manières différentes. Tout d’abord, il s’agirait de l’« art de composer et de réaliser des films cinématographiques », mais nous pourrions également le définir comme étant le « procédé permettant de procurer l’illusion du mouvement par la projection, à cadence suffisamment élevée, de vues fixes enregistré en continuité sur un film ». Pour finir sur le plan « définition », l’adaptation serait l’« action d’adapter une œuvre, un texte pour un public, une technique artistique différents ; œuvre ainsi réalisée ».

Comme vous l’aurez compris au titre de l’article, nous allons nous intéresser à trois genres littéraires et cinématographiques intimement liés entre eux : il s’agit bien sûr de la science-fiction, de la fantasy et du fantastique. Pour chaque genre, nous avons trouvé un roman ou une histoire qui a été adapté au cinéma. Ainsi, nous nous intéresserons au roman de Science-Fiction Les Fils de l’Homme de Phyllis Dorothy James, au conte de Fantasy Aladin que nous retrouvons à l’origine  dans le recueil de contes Les Mille et une nuits, et le roman fantastique Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. Nous allons étudier pour chacune de ces œuvres l’histoire originelle avant de nous pencher sur son ou ses adaptation(s) au cinéma.

 

I. Les Fils de l’Homme, Phyllis Dorothy James

Quelques éléments biographiques avant de commencer. Phyllis Dorothy James (1920-2014) est une autrice Anglaise. Elle écrivait principalement des romans policiers dont Un certain goût pour la mort a été récompensé par le « Grand prix du roman 1988 ». Le roman Les Fils de l’Homme est l’une de ses rares digressions où elle se permet de sortir de son genre de prédilection, le roman criminel, pour la science-fiction, genre qui lui permettra de mettre en œuvre son talent de maitre de l’intrigue et du suspense.

A. Le roman

Intéressons-nous rapidement au résumé du roman de Phyllis Dorothy James : « Dans l’Angleterre de 2021, frappée de stérilité comme le reste de la planète, plus aucun bébé n’a vu le jour depuis un quart de siècle. La population âgée s’enfonce dans le désespoir ; les derniers jeunes, jouissant de tous les droits, font régner la terreur ; le reste de la population s’accroche à une normalité frelatée sous l’autorité du dictateur Xian Lyppiatt. Cousin de ce dernier et historien, Theo Faron rencontre un soir une jeune femme, Julian, membre d’un groupuscule clandestin qui défie le pouvoir. Celle-ci va bientôt lui annoncer une nouvelle stupéfiante. »

Que faut-il comprendre au message passé par l’autrice ? Nous pouvons noter deux choses dans cette quatrième de couverture qui reprend en quelques points l’intrigue globale du livre : « Le héros Théo Faron devra protéger une femme enceinte rencontrée par l’intermédiaire de Julian, une membre d’un groupuscule anti-gouvernemental, des actions menées par ledit gouvernement et des rixtes les opposant à une population déchainée contre la jeune femme enceinte ». Pour mener à bien leur action, les héros vont devoir rejoindre un port pour embarquer sur un navire affrétée par le groupuscule nommée Renouveau Mondial.

B. Le film

Réalisé par Alfonso Cuarón en 2006, l’adaptation cinématographique du roman Le fils de l’Homme mélange judicieusement action et aventure. En effet, nous pouvons noter tous les ingrédients caractérisant le roman, comme la découverte de la personne enceinte, par exemple. Theo va aider la jeune femme enceinte à aller retrouver l’ organisation illégale Renouveau Illégal qui va lui permettre d’accoucher aux Açores. Ils vont traverser toute l’Angleterre jusqu’à un port pour y retrouver la fameuse organisation. Mais ils perdront de nombreux camarades durant le voyage.

 

II. Aladin, traduit du Chinois par Antoine Galland

Antoine Galland est un auteur-traducteur Français du XVIIe siècle (1646-1715) qui permit, grâce à sa traduction, la popularisation des Mille et une nuits. Il traduisit le recueil d’origine persane à partir de 1701. La version sur laquelle il se basa est une traduction arabe du texte. Même si certains passages ont été mis de côté à cause de leur vulgarité, nous pouvons y trouver la présence des contes Simbad le marin (qui n’y était pas) et Ali Baba et les quarante voleurs (une création de l’auteur).

A. Le conte

Selon le conte original traduit par Antoine Galland dans Mille et une nuits (XVIIIe siècle), Aladin est le fils d’un pauvre tailleur du nom de Mustapha. À la suite de la mort de ce dernier et alors qu’il ne fait rien pour aider sa mère, à gagner de l’argent, un mystérieux magicien répondant au nom de « magicien Africain » se fait passer pour son oncle (un marchand commerçant au bout du monde) et se propose pour éduquer le jeune homme, ce que sa mère accepta.

En réalité, le « magicien Africain » avait d’autres projets pour Aladin. Il l’emmena près d’un temple/grotte où s’entassaient de nombreux projets. Ce vieil homme n’était toutefois pas intéressé par toutes ces pierreries, mais plutôt par une lampe magique qu’il demanda au héros de prendre. Malheureusement pour le jeune homme, son habitude à voler certains objets précieux vont le condamner à rester dans la grotte.

C’est là que deux versions de l’histoire s’opposent. Selon celle du conte des Mille et une nuits, Aladin réussit à convoquer le génie de la lampe, qui lui offrit trois vœux en retour. Le héros les utilisa respectivement pour retourner dans sa ville, épouser Jasmine (la fille du sultan) et libérer le génie. L’histoire se finit ensuite comme un conte de fée. Cependant, la version développée dans le livre Le chandelier aux sept derviches présente une fin alternative intéressante. Selon cette hypothèse, Aladin n’arrive pas à contrôler la lampe magique, et, après avoir essayé de garder la lampe pour lui, il se fera punir et perdra tout.

B. Les adaptations cinématographiques

Le conte d’Aladin a connu plusieurs adaptations au cinéma depuis l’apparition du 7e art, mais nous allons nous intéresser à deux de ces adaptations, la première étant un dessin animé de Disney (1992) et la seconde un film d’Arthur Benzaquen (2014).

1. Le dessin animé Disney

Le dessin animé produit par les studios Walt Disney reprend fidèlement le conte à trois détails près. Tout d’abord, dans le film d’animation, Aladin est un jeune voleur de vingt ans vivant dans les hauteurs de Bagdad. Il faut également noter que le jeune héros a déjà rencontré la princesse Jasmine, et c’est à l’une de leurs rencontres qu’il s’est fait arrêter et mettre en prison. Ensuite, le personnage « trouble » de l’histoire, celui grâce auquel tout a changé dans la vie du héros, n’est pas un hypothétique oncle commerçant surnommé le « magicien Africain », mais plutôt le vizir du sultanat, nommé Jafar. Enfin, le vizir l’emmènera non pas devant  une grotte rocheuse comme on l’entend, mais plutôt devant une sorte de sphynx géant enfoui dans les sables.

2. Les Nouvelles Aventures d’Aladin, Arthur Benzaquen (2015)

Dans cette nouvelle version, Aladin (incarné par Kev Adams) est un jeune voleur vivant dans les rues de Bagdad non plus avec un petit singe comme dans la version animé de Disney, mais par un autre sans-abri du nom de Khalid (incarné par William Lebghil). Le film respecte sensiblement l’histoire originelle par le dessin animé à quelques détails près. Khalid sera par exemple du côté du vizir pendant la moitié du film plus par intérêt pour sa vie qu’autre chose. Aladin, de son côté, suivra sensiblement la même histoire que dans l’animé de Disney, aux différences que le génie fera du héros un jeune prince « plein de richesses ».

 

III. Le Seigneur des Anneaux, J.R.R. Tolkien

John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973), plus connu sous l’acronyme J.R.R. Tolkien, est un écrivain, traducteur, professeur universitaire et philologue Anglais du XXè siècle. Il est connu entre autres pour les romans Le Hobbit (1937) et Le Seigneur des Anneaux (1954-1955).

A. Le roman

À la suite de son roman Le Hobbit, le héros Hobbit Frodon Sacquet reçoit en héritage un anneau qui se révèle être l’Anneau Unique qui a été créé à l’origine pour le contrôle du pouvoir voulu par Sauron. Le Seigneur des Ténèbres aimerait grâce à cet anneau régner sur le Terre du Milieu et soumettre tous ses peuples.

Frodon se voit confier la destruction de l’Anneau dans les laves de la Crevasse du Destin où il a été créé pour le détruire à tout jamais. Il pourra s’appuyer sur une Compagnie constituée d’Hobbits, d’Hommes, d’un Magicien, d’un Nain et d’un Elfe.

Pour mener à bien sa mission, il devra aller très loin en Mordor, le territoire du Seigneur des Ténèbres, en devant également s’opposer au gros de l’Armée d’Orques maléfiques. La compagnie devra faire face aux forces externes du Mal et aux dissensions internes alliées à l’influence corruptrice qu’a l’Anneau sur le héros.

B. L’œuvre cinématographique

L’œuvre cinématographique suit l’œuvre littéraire en six films. Il s’agit d’une série parue au cinéma entre 2002 et 2014 et réalisée par Peter Jackson. Les six films respectent l’histoire originelle en plus de douze heures de visionnage. D’ailleurs, cette demi-douzaine de films présente de nombreuses scènes épiques comme le dernier volet intitulée La Guerre des Sept Armées.

 

Pour conclure, nous pouvons dire que les trois romans ou histoires s’adaptent de différentes manières au cinéma, que ce soit dans un film d’animation ou un film tout court.

http://tolkiendur.e-monsite.com/pages/resumes/resume-du-seigneur-des-anneaux-i.html

https://www.babelio.com/livres/James-Les-Fils-de-lhomme/8837

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aladin_ou_la_Lampe_merveilleuse

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Nostralectio |
Lettres aux scienteux |
Lapetiteabeilleadit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pouny11
| Magieecriture
| Le secret de plume